L’affaire Tapie pourrait ruiner Stéphane Richard

Par

L’État vient discrètement d’assigner plusieurs personnalités pour qu’elles soient condamnées à rembourser, conjointement avec Bernard Tapie, le magot de l’arbitrage frauduleux. Même si l’Élysée l’a installé pour un troisième mandat aux commandes d’Orange, Stéphane Richard, qui a fait fortune au début des années 2000, est le premier visé par cette procédure.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une procédure qui n’a fait l’objet pour l’instant d’aucune publicité et qui est pour le moins inattendue : l’État a décidé d’assigner plusieurs protagonistes de l’affaire Tapie devant le tribunal de grande instance de Paris pour qu’ils soient jugés civilement responsables, au même titre que Bernard Tapie lui-même, du préjudice subi par les finances publiques à la suite de l’arbitrage frauduleux, et qu’ils soient donc condamnés, toujours solidairement avec Bernard Tapie, au remboursement du magot de l’arbitrage.