L’affaire d’espionnage des salariés d’Ikea va sans doute éclabousser d’autres enseignes. D’après nos informations, le groupe Quick, numéro deux de la restauration rapide en France, a eu recours au même détective privé que le géant du meuble et à des pratiques également illégales.