L'espion d'Ikea travaillait aussi pour Quick

Par et

Le détective privé qui travaillait pour l'entreprise Ikea, mise en examen pour l'espionnage de ses salariés, cachetonnait aussi chez Quick. La chaîne de restauration jure qu'il s'agissait de récupérer des données sur ses franchisés, pas sur ses employés. Des pratiques de toute façon illégales.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’affaire d’espionnage des salariés d’Ikea va sans doute éclabousser d’autres enseignes. D’après nos informations, le groupe Quick, numéro deux de la restauration rapide en France, a eu recours au même détective privé que le géant du meuble et à des pratiques également illégales.