Ecoles: «On est dans le mur et le ministre dans le déni»

L’augmentation du nombre de cas est exponentielle dans les établissements scolaires, qu’il s’agisse d’élèves ou de personnels, parfois victimes de Covid grave. L’Éducation nationale refuse souvent de fermer les établissements. Mais partout, l’inquiétude gagne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au lycée Delacroix de Drancy, en Seine-Saint-Denis, le virus est dans les murs depuis an. « Vingt élèves du lycée ont perdu des proches : pères, mères, oncles, tantes. On a toujours eu des cas positifs à l’intérieur de l’établissement, raconte Aline Cottereau, professeur de lettres modernes. Mais depuis le retour des vacances d’hiver, la situation est exponentielle. » Dans une lettre ouverte adressée jeudi 25 mars à Emmanuel Macron et Jean-Michel Blanquer, les « personnels mobilisé.e.s » ont dressé le bilan de la situation épidémique, catastrophique : deux cas positifs et un cas contact parmi le personnel de direction, une vingtaine de cas chez les enseignants, 54 positifs parmi les élèves et de nouveaux cas chaque jour.