De Gonesse à Roissy, une bombe climatique au nord de Paris

Par

C’est l’enjeu caché de la privatisation d’ADP : l’extension en cours de l’aéroport Charles-de-Gaulle va émettre des millions de tonnes de CO2, à rebours des objectifs officiels de réduction des gaz à effet de serre. Ce bilan carbone catastrophique est aggravé par les multiples projets de zones d’activités qui le bordent, à commencer par le triangle de Gonesse et EuropaCity.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tel un mille-feuille toxique, la privatisation d’Aéroports de Paris ajoute les problèmes écologiques aux non-sens économiques et financiers (voir ici un article de Martine Orange). En pleine bataille de chiffres et d’imaginaires entre partisan·e·s et opposant·e·s à l’ouverture du capital du groupe, l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, première porte d’entrée en France depuis l’étranger, prépare sa mue en gigantesque plateforme internationale.