Au tribunal, plongée dans la fortune cachée des Wildenstein

Par

Le procès de Guy Wildenstein, qui risquait d’être repoussé, se poursuit finalement. Le tribunal correctionnel de Paris a commencé lundi 26 à décortiquer les “trusts” qui ont permis à la famille de marchands d’art de dissimuler une part importante de son patrimoine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À défaut de s’amuser, on apprend beaucoup de choses au procès de la famille Wildenstein. Les débats ont beau être techniques, et les prévenus se montrer sous le jour le plus terne, ce voyage au pays de l'évasion fiscale (ou de la fraude, selon les points de vue) est tout à fait digne d'intérêt et instructif. La demande de sursis à statuer des avocats de la défense ayant été rejetée ce lundi – dans le cas contraire, le procès aurait été différé de plusieurs années –, le tribunal correctionnel entreprend un examen minutieux des “trusts” appartenant à la richissime famille de collectionneurs et marchands d'art.