Chronopost : les sous-traitants pris à la gorge

Par

Les relations sont tendues entre Chronopost et certains de ses sous-traitants, qui décrivent un donneur d'ordres n'hésitant pas à peser de tout son poids pour faire baisser les prix. La direction dément.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il ne s’agissait que de quelques mots dérisoires et maladroits, lancés en direction du président, du premier ministre ou… des Grandes Gueules, l’émission-phare de la radio RMC. Cet été, une poignée de petits patrons ont tenté d’interpeller les responsables politiques et les médias sur leur cas. Avec « beaucoup d’humilité » et une syntaxe parfois trébuchante, ces sous-traitants voulaient dénoncer la relation commerciale qu’ils ont nouée avec Chronopost, qu’ils jugent totalement déséquilibrée, en leur défaveur. « Aujourd’hui, nous sommes plus qu’en colère par rapport aux conditions de travail et surtout de rémunération de nos prestations », écrivaient-ils.