Manque de moyens, déconsidération et pressions: la colère inédite de la police anticorruption

Manque de moyens, déconsidération de la haute hiérarchie policière et multiplication des pressions politiques : vingt-cinq fonctionnaires de l’Office anticorruption, le service d’élite de la PJ française dans la lutte contre la “délinquance en col blanc”, ont adressé au directeur général de la police nationale un courrier alarmant. Mediapart le publie.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

De mémoire d’enquêteur financier à la police judiciaire, il s’agit d’une première. Vingt-cinq fonctionnaires de l’Office anticorruption (OCLCIFF) de Nanterre, le service d’élite de la PJ française dans la lutte contre la “délinquance en col blanc”, ont adressé le 13 mars au directeur général de la police nationale un courrier alarmant, dans lequel ils alertent sur trois phénomènes qui mettent aujourd’hui en danger leur mission : une absence chronique de moyens, une déconsidération de la haute hiérarchie policière et la multiplication de pressions politiques sur leur travail.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal