Bron, de nos envoyées spéciales.-  En 1868, trente ans après la première loi qui légifère sur le traitement des « aliénés », un médecin réussit à convaincre le conseil général du Rhône de construire un asile, à Bron, à l’ouest de Lyon. Cent cinquante ans plus tard, cet asile, ouvert en 1876, rebaptisé au fil de l’histoire « centre hospitalier Le Vinatier », est devenu le premier hôpital public psychiatrique de France. Avec 3 000 agents, 25 000 patients en moyenne à l’année répartis sur une dizaine de pôles et depuis l’ouverture d’un asile-prison en 2010, il est passé devant le temple de la psychiatrie française : Sainte-Anne à Paris.