A Lyon, le plus gros hôpital psychiatrique de France est sous tension

Par et

Le directeur du Vinatier, le plus gros hôpital psychiatrique de France, fédère contre lui syndicalistes, infirmiers, cadres et médecins. L’engorgement des urgences et des accidents mortels en début d’année ont achevé de délier les langues. Enquête à Bron, dans cet établissement qui compte 3 000 agents et accueille 25 000 patients par an.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bron, de nos envoyées spéciales.-  En 1868, trente ans après la première loi qui légifère sur le traitement des « aliénés », un médecin réussit à convaincre le conseil général du Rhône de construire un asile, à Bron, à l’ouest de Lyon. Cent cinquante ans plus tard, cet asile, ouvert en 1876, rebaptisé au fil de l’histoire « centre hospitalier Le Vinatier », est devenu le premier hôpital public psychiatrique de France. Avec 3 000 agents, 25 000 patients en moyenne à l’année répartis sur une dizaine de pôles et depuis l’ouverture d’un asile-prison en 2010, il est passé devant le temple de la psychiatrie française : Sainte-Anne à Paris.