Le Planning familial d’Orléans, pompier de l’IVG dans le Loiret

Par et Alexandre Léchenet

Dans cette zone de désert médical, les hôpitaux de Pithiviers et Montargis proposent seulement la méthode médicamenteuse aux femmes. D’où l’allongement du temps de transport des habitantes du Loiret pour disposer du choix de la technique d’avortement. Le centre de planification ou d’éducation familiale d’Orléans, lui, est le tout premier en France à pratiquer les aspirations. État des lieux à l'occasion de la journée mondiale du droit à l'avortement, le 28 septembre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au Planning familial d’Orléans, nul besoin d’aller et venir à l’hôpital, de jongler avec les rendez-vous chez l’échographiste et le gynécologue : tout a lieu au même endroit. Heureusement pour Isabelle, la trentaine, infirmière à l’hôpital de Pithiviers, à 50 km de la capitale de la région Centre-Val-de-Loire. Quand elle a appris qu’elle était enceinte, pour elle, il était hors de question de consulter ses collègues. « Les “on-dit” dans les petites villes, non merci. Dans la salle d’attente, on vous appelle par votre nom, il y a zéro discrétion… », commente-t-elle.