13-Novembre : Patrick Jardin, sa « haine », notre part d’ombre

Au procès des attentats du 13-Novembre, le père d’une victime tuée au Bataclan qui clame sa haine depuis six ans l’a déversée à l’encontre des accusés, des gouvernants mais aussi d’autres victimes. À rebours de la tonalité des autres témoignages.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Jusque-là, il avait suivi les audiences à distance. Via la webradio mise à disposition des parties civiles pour écouter la retransmission des débats. Maintenant, en cette trente-troisième journée du procès des attentats du 13 novembre 2015, c’est son tour de traverser le prétoire pour rejoindre la barre des témoins. La démarche est pesante, la tête baissée dans un cartable où il cherche ses notes. Ce qui lui évite de croiser les regards de ceux qui le dévisagent à son passage. Ça chuchote, ça commente. Avant même qu’il ait commencé à parler.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal