César 2020: le cinéma français entre omerta et révolution

Par

La cérémonie des César, organisée vendredi 28 février, se déroule dans un contexte explosif : démission de sa direction, protestations contre les douze nominations de Roman Polanski, dénonciation du manque de parité et de diversité. L’occasion inédite d’amorcer un tournant, deux ans après #MeToo.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’actualité de la semaine offre un contraste saisissant à la rubrique « cinéma ». Aux États-Unis, l'ex-producteur Harvey Weinstein est condamné pour viol et agression sexuelle. En France, le cinéaste Roman Polanski, accusé par six femmes de viols, est en tête des nominations aux César. Outre-Atlantique, les mis en cause sont jugés, ici ils sont célébrés. C’est avec cet arrière-plan qu’a lieu ce vendredi soir la 45e cérémonie des César, Salle Pleyel à Paris. Et en l’absence du réalisateur franco-polonais, qui a finalement renoncé à assister à la soirée.