Affaire Le Guen : l'exécutif fait le dos rond, la majorité reste prudente

Depuis Bruxelles, le président de la République a étrangement tenté de clore l'affaire de la sous-déclaration de patrimoine de son secrétaire d'État, en expliquant avoir demandé, et obtenu, que ce dernier se mette en règle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Opération transparence, communication invisible. À peine après avoir rendu sa première analyse des déclarations de patrimoine et d'intérêts des ministres du gouvernement Valls, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HAT), créée à la suite de l'affaire Cahuzac, a déclenché sa première polémique. D’après les informations de Mediapart, le secrétaire d'État Jean-Marie Le Guen, assujetti à l'impôt sur la fortune, qui a initialement « sous-déclaré » son patrimoine d'environ 700 000 euros à la HAT, devrait subir un redressement fiscal qui pourrait atteindre près de 50 000 euros rien que sur l'année 2013 (lire ici).