Relaxe requise pour le cardinal Barbarin

Par Mathieu Périsse (We Report)

Le parquet a demandé la relaxe du cardinal Barbarin au dernier jour de son procès en appel à Lyon, en mettant en garde contre la vision « absolutiste » de la justice proposée par les parties civiles. L’audience a donné lieu à un complexe débat juridique autour du délit de non-dénonciation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quelques secondes de parole, encerclé par les caméras. « Je suis soulagé, je m’en remets à la justice. Je veux dire aux victimes que je pense à elles », a déclaré le cardinal Barbarin au terme de son procès en appel à Lyon vendredi. Quelques heures plus tôt, sans surprise, l’avocat général Joël Sollier a requis sa relaxe. L’archevêque de Lyon contestait sa condamnation le 7 mars dernier à six mois de prison avec sursis pour « non-dénonciation » des agressions sexuelles commises sur de jeunes scouts par le père Preynat dans le diocèse de Lyon jusqu’en 1991.