Fessenheim: le document qu’EDF préférerait oublier

Par

La centrale nucléaire est directement concernée par le scandale de la fraude de l’usine Creusot Forge d’Areva qui a dissimulé des malfaçons sur des pièces destinées aux réacteurs. Une pièce mal forgée a été livrée à la centrale alsacienne et mise en fonctionnement comme si elle ne présentait aucune anomalie. Lorsque l’ASN s’en est rendu compte, elle a suspendu l’autorisation de la pièce.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce n’est pas un document secret mais personne ne semble s’en être souvenu, ni au gouvernement, ni à la direction d’EDF, mardi 24 janvier. Ce jour-là, les administrateurs de l’électricien public votent un protocole d’accord avec l’État sur le montant de la compensation financière en échange de la fermeture de la plus vieille centrale nucléaire française, Fessenheim. Près d’un demi-milliard d’euros et des versements supplémentaires sont prévus jusqu’en 2041, soit bien après la durée de vie prévue de l’installation. Une très lourde facture (voir ici notre analyse et nos informations).