La justice encourage les spéculations autour des fréquences audiovisuelles

Par

Le Conseil d'État a annulé la décision du CSA retirant son autorisation à la chaîne Numéro 23. Son principal actionnaire, Pascal Houzelot, qui avait obtenu la fréquence gratuitement, va pouvoir la revendre pour 88,5 millions d'euros au groupe d'Alain Weill, lui-même racheté par le milliardaire Patrick Drahi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une décision de grande importance : le Conseil d’État a annulé, ce mercredi 30 mars, la décision prise en octobre 2015 par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) retirant  son autorisation à la société qui exploite la chaîne Numéro 23. Pour le principal actionnaire, Pascal Houzelot, qui avait obtenu cette fréquence gratuitement et qui voulait la revendre deux ans et demi après pour 88,5 millions d'euros à NextRadioTV, c’est une aubaine : la justice administrative lui permet de faire une exceptionnelle culbute. Mais la décision du Conseil d’État est aussi, du même coup, un encouragement aux spéculations autour des fréquences publiques de la Télévision numérique terrestre (TNT).