Le Conseil d’État valide l’expulsion de l’imam Iquioussen 

Le Conseil d’État estime que Hassan Iquioussen a tenu des propos antisémites et développé « un discours systématique sur l’infériorité de la femme ». Prenant le contrepied du tribunal administratif et donnant raison au ministère de l’intérieur, il refuse de suspendre l’expulsion du prédicateur, qui ne porterait pas une atteinte « disproportionnée » à sa vie privée et familiale. Hassan Iquioussen est désormais en fuite.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Plus rien ne s’oppose à l’expulsion du prédicateur musulman Hassan Iquioussen, ordonnée par le ministre de l’intérieur le 29 juillet. Le Conseil d’État a annulé, mardi, la décision rendue début août par le tribunal administratif de Paris, dont le ministère avait fait appel. Celui-ci a désormais le feu vert pour renvoyer l’imam vers le Maroc, y compris par la force. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal