Au procès Tron, une plaignante face à ses erreurs

Par

Virginie Faux, l'une des deux accusatrices de Georges Tron, a été interrogée sans ménagement devant la cour d'assises de Seine-Saint-Denis, ce mercredi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une victime doit-elle être parfaite et irréprochable pour convaincre ses juges ? Neuf ans après les faits, peut-elle se souvenir des moindres faits allégués ? Comment interpréter ses erreurs, voire ses mensonges ? Ce sont quelques-unes des questions qui traversent l’interrogatoire de Virginie Faux, l’une des deux femmes qui accusent Georges Tron de viols et d’agressions sexuelles, ce mercredi devant la cour d’assises de Seine-Saint-Denis.