Petits espionnages entre amis, les marchés de dupes de la NSA

Par

Un des documents publiés par WikiLeaks atteste d'une écoute de dirigeants allemands directement opérée par les services britanniques pour le compte de la NSA, fruit d'un savant jeu d'alliances orchestré par le tout-puissant service de renseignement américain.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une mention discrète, une simple indication administrative en bas d’un rapport d’écoutes. Mais les implications diplomatiques sont considérables. En bas à gauche d’un de deux rapports d’interception de communications de dirigeants allemands, fournis à Libération et Mediapart par WikiLeaks, à l’emplacement où est généralement indiquée la méthode de collecte, est indiqué : « 2nd Party British ». En clair : cette opération a été assurée par les services britanniques, et plus précisément par celui chargé des interceptions : le Global Communication Headquarters (GCHQ).