López Obrador, un nationaliste de gauche face à Trump

Par

Andrés Manuel López Obrador, le candidat de gauche victorieux de la présidentielle mexicaine, dimanche 1er juillet, a beaucoup critiqué Trump et sa rhétorique hostile. Au pouvoir, il pourrait tenter de rebattre les cartes d'une relation de grande dépendance, économique comme militaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis), de notre correspondant.– « Ce ne sont pas nos amis, croyez-moi. Ils nous tuent économiquement. Quand le Mexique envoie ses gens, ils n'envoient pas les meilleurs. Ils nous envoient ceux qui ont beaucoup de problèmes et ils amènent leurs problèmes avec eux. La drogue. Le crime. Ce sont des violeurs. Et certains sont des gens bien. »