«Au cœur du Russiagate» (1): une bombe sous le siège de Donald Trump

Par

Le procureur Mueller gagne à chaque arrestation la collaboration secrète des inculpés. Mais il pourrait obtenir plus rapidement des résultats contre la Maison-Blanche en s’attaquant à l’autre côté de l’enquête : la tentative d’entrave à la justice du président. Premier volet de notre enquête sur le « Russiagate ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis), de notre correspondant.– C’est l’offensive d’hiver. Elle est si violente, intense et massive que ses cibles tentent de se rassurer en se disant que ce sera la dernière. Ty Cobb, l’avocat de Donald Trump, a poussé la morgue jusqu’à jurer sur Fox News qu’il serait bien embarrassé si « cette affaire était encore d’actualité après les fêtes de fin d’année ». Cette fanfaronnade visait surtout à calmer la colère du président Trump. Après avoir laissé le parti républicain payer ses frais d’avocat, Trump doit maintenant se résoudre à ouvrir un fonds spécial de donations pour régler ses honoraires et ceux de dizaines de ses collaborateurs visés par l'enquête du Russiagate.