Le décret Trump frappe de plein fouet la communauté scientifique

Par

Le décret anti-immigration de Donald Trump a bouleversé les vies de centaines de chercheuses et chercheurs, stigmatisés parce qu'ils viennent de pays à majorité musulmane, alors qu'ils voyaient les États-Unis comme un pays d'ouverture et de liberté. Parmi eux, les Iraniens, nombreux dans les laboratoires et universités, forment le gros des effectifs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Une abomination, une très, très mauvaise idée. » C’est en ces termes que John Holdren, physicien et conseiller scientifique de Barack Obama pendant huit ans, qualifie l’interdiction d’immigration prononcée par Donald Trump le 27 janvier contre sept pays à majorité musulmane accusés d’être « compromis avec le terrorisme » : l’Iran, l’Irak, la Libye, la Somalie, le Soudan, la Syrie et le Yémen.