Italie: une économie malade

Par

Les Italiens votent dimanche pour élire leur parlement, dans un pays où la crise politique se comprend aussi par une grave situation économique. Plombée par une absence de croissance de la productivité, la péninsule s’enfonce dans une faiblesse chronique dangereuse sur le plan social. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En toile de fond des élections italiennes du 4 mars, il y a une situation économique extrêmement préoccupante. Certes, comme partout ailleurs en Europe, la croissance est revenue. Sur l’année 2017, elle devrait atteindre 1,5 % en données corrigées des effets de calendrier. C’est son plus haut niveau depuis 2010, mais il n’y a cependant guère de raisons de pavoiser. Car, structurellement, l’économie italienne fonctionne au ralenti, au regard des autres économies européennes, et accumule un retard désormais considérable.