Gdańsk, laboratoire de l’opposition au gouvernement polonais

Les habitants de Gdańsk élisent ce dimanche 3 mars leur nouveau maire après l’assassinat, en janvier, de Paweł Adamowicz. La cité portuaire polonaise incarne la résistance au pouvoir ultraconservateur à la tête du pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce dimanche 3 mars, la ville de Gdańsk doit désigner la personne qui succèdera à Paweł Adamowicz, dont l’assassinat, le 14 janvier dernier, a constitué un électrochoc pour l’ensemble du pays. D'après le correspondant du Monde en Pologne, l'ancienne conseillère municipale puis adjointe au maire Aleksandra Dulkiewicz est donnée largement favorite. Elle est soutenue par une très large union politique qui fait figure de test pour un rassemblement de l’opposition aux législatives de l’automne prochain, afin de faire tomber le parti ultraconservateur (PiS, Droit et Justice) au pouvoir.