Avant son troisième mandat, Xi Jinping forcé de lâcher un peu de lest

La politique « zéro Covid » du numéro un chinois est de plus en plus contestée. Pour le secrétaire général du Parti communiste, qui doit être adoubé à l’automne prochain pour un troisième mandat consécutif, c’est un avant-goût des difficultés qui l’attendent.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Pour Xi Jinping, 2022 sera sans conteste une année particulière. Sauf bouleversement majeur, le numéro un chinois devrait être reconduit à l’automne, à l’occasion du XXe congrès, à la tête du Parti communiste chinois (PCC) pour un troisième mandat consécutif. Depuis dix ans, il a consolidé sa position, non seulement au sein du parti, mais aussi de l’armée et des forces de sécurité, en éliminant ses rivaux et en plaçant des affidés, issus pour beaucoup des secteurs de l’armement ou de l’aérospatial. Et le culte de la personnalité bat son plein, la pensée Xi Jinping étant appliquée dans tous les domaines.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal