La crise migratoire du Venezuela attise la campagne présidentielle brésilienne

Par

L’État de Roraima est le seul point d’entrée terrestre des Vénézuéliens au Brésil. En deux ans, la capitale Boa Vista a vu sa population augmenter de 10 %. À l’approche des élections d’octobre, l’extrême droite chauffe à blanc l’électorat et exalte la haine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pacaraima (Brésil), envoyé spécial.-  « Regarde comme ils courent ! » jubile la voix en commentaire. « Dehors les Vénézuéliens ! » exulte une autre. Sur les vidéos disponibles sur YouTube, des centaines d’habitants de Pacaraima, révoltés après l’agression par des supposés Vénézuéliens de Seu Raimundo, un commerçant bien connu de la petite ville frontalière, brûlent les affaires des réfugiés, les frappent et les expulsent.