En Thaïlande, l’engagement démocratique des femmes se paie cher

Par

Lors du mouvement pro-démocratie de 2020, les féministes se sont battues en Thaïlande contre trois piliers de la société patriarcale : la monarchie, l’armée et le clergé bouddhiste. Mais elles en paient le prix, souligne un rapport publié mercredi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La jeunesse et les étudiants ont été à la pointe des manifestations pro-démocratie et anti-monarchie de l’année 2020 en Thaïlande. Et en leur sein, les femmes ont marqué par leur présence et leur dynamisme ce mouvement historique où, pour la première fois, la figure du roi a été la cible de leurs attaques, malgré une loi qui punit sévèrement le délit de lèse-majesté.