Dans le centre de Lisbonne, les dégâts du tourisme et de la gentrification

Par

Le quartier d’Alfama, dans le centre historique de Lisbonne, est envahi par les logements Airbnb et les restaurants. Le tourisme, moteur de la reprise portugaise, est lourd de conséquences pour la population locale qui s'organise pour tenter de résister.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lisbonne (Portugal), de notre envoyée spéciale.– Du haut du Miradouro da Santa Luzia, la vue est imprenable sur les toits et les ruelles tortueuses d’Alfama, ce vieux quartier de Lisbonne qui descend du château jusqu’aux rives du Tage… Le regard tombe naturellement sur le tout nouvel embarcadère, aménagé pour les bateaux de croisière. Ce matin-là, un gigantesque ferry y est amarré. Je discute avec une personne âgée de l’influence du tourisme sur la ville. Nous sommes toutes deux assises sur l’un des petits bancs de la terrasse quand arrive un homme, qui nous interrompt et demande avec insistance à se faire prendre en photo. Occupées à notre discussion, nous déclinons poliment. Quelques minutes plus tard, un policier s’approche à son tour. Il remet à mon interlocutrice son portefeuille, dérobé par la complice du « touriste » sans que nous ne nous soyons aperçues de rien.