Espagne: Rajoy humilie les socialistes avec un gouvernement à peine remanié

Le chef du gouvernement a dévoilé une équipe presque inchangée par rapport à la sortante. C’est un choix risqué pour la droite, Rajoy faisant le pari d’une crise durable du PSOE. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Oubliez le surgissement du mouvement « indigné » en mai 2011, les mobilisations contre l’austérité et les expulsions immobilières à travers toute l’Espagne, les victoires de plateformes citoyennes aux municipales de 2015, la création de nouveaux partis dont Podemos, à gauche, et Ciudadanos, à droite… Mariano Rajoy a choisi de faire comme si tout cela n’avait jamais existé. Le conservateur a révélé jeudi soir la composition de son nouveau gouvernement, censé mettre un terme à dix mois d’impasse politique dans la quatrième économie de la zone euro. Et son équipe ressemble, à peu de choses près, à celle qu’il avait choisie en 2011.
Seuls trois ministres – les trois plus âgés – n’ont pas été reconduits (dont celui de l’intérieur, empêtré depuis des mois dans un scandale avec la Catalogne). Les poids lourds du précédent gouvernement restent, eux, bien en place. Luis de Guindos, ministre de l’économie sortant, qui avait négocié le « sauvetage » des banques espagnoles à Bruxelles, rempile avec le même portefeuille. Il est, avec Cristóbal Montoro (ministre des finances, qui conserve lui aussi son portefeuille), le principal artisan des politiques d’austérité des dernières années.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Histoire — Enquête
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
États-Unis — Entretien
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Budget — Analyse
par Romaric Godin
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Discriminations
Des témoins confirment l’humiliation infligée à une lycéenne voilée avant le bac
Jeudi 16 juin, une élève venue passer une épreuve du bac français dans un lycée parisien dit avoir été « agressée » par une responsable éducative qui n’aurait pas apprécié qu’elle vienne voilée et lui a fait rater le début de l’épreuve. Des témoins confirment la violence de la scène.
par Nejma Brahim
Politique — Analyse
Le nouvel ordre électoral : trois pôles et des incertitudes
Le second tour des législatives a confirmé la radicale nouveauté du paysage politique français depuis 2017. La majorité relative dont Emmanuel Macron doit se contenter génère cependant une situation pleine d’inconnues.
par Fabien Escalona
Exécutif — Analyse
Sans solution, Emmanuel Macron met la pression sur les oppositions
Trois jours après avoir perdu sa majorité absolue à l’Assemblée nationale, le président de la République a tenté de minimiser son échec. Martelant que son programme devait être appliqué, il a enjoint à ses opposants de se prononcer sur leur volonté ou non de l’aider à le faire.
par Ilyes Ramdani
Police — Enquête
Affaire du Pont-Neuf : le policier a tué en tirant dans le dos
Fin avril, un policier a tiré à dix reprises au fusil d’assaut sur une voiture, faisant deux morts et un blessé grave sur le Pont-Neuf, à Paris. Les premiers éléments de l’enquête, auxquels Mediapart et Libération ont eu accès, mettent à mal la thèse de la légitime défense : les balles mortelles ont atteint les victimes par le côté et l’arrière.  
par Pascale Pascariello et Camille Polloni

Nos émissions