Reforestation, tigre virtuel, marché carbone: les mirages de la finance verte

Par

Bien qu’il ait jusque-là négligé les risques environnementaux, le monde financier assure aujourd’hui qu’il est capable d’apporter les solutions pour répondre aux défis climatiques. Jusqu’à quel point cette finance verte va-t-elle imposer ses modèles, ses schémas et conduire à une marchandisation de la nature, notre bien commun ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les milliards volent. Entre 40 et 90 milliards d’euros seraient nécessaires chaque année pour financer la transition écologique en France, selon la Banque de France. Pas moins de 1 000 milliards d’euros doivent être investis au cours des dix prochaines années pour changer nos modes de production et de consommation en Europe, affirment des experts européens. Plusieurs points du PIB mondial devront être consacrés chaque année pour tenter d’enrayer la catastrophe annoncée du réchauffement climatique, préviennent des économistes.