A Bruxelles, les créanciers reprochent à Athènes de « jouer la montre »

Athènes a renouvelé son équipe de négociateurs à Bruxelles, un geste bien accueilli par les créanciers. Mais un accord d'ici au 11 mai, date du prochain Eurogroupe, reste incertain. Autour de la table, des désaccords entre le FMI, qui durcit sa position, et la commission européenne commencent à apparaître.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

De notre envoyé spécial à Bruxelles.- « Il faut maintenant rentrer dans le concret des choses. Pour l'instant, je ne vois que des réunions qui sont annulées, ou d'autres qui servent à peu de choses. » L'agacement de ce responsable européen de premier plan, qui suit de près les négociations avec Athènes, reflète assez bien l'état d'esprit qui règne dans la capitale belge. Plus de deux mois après l'accord intervenu à l'Eurogroupe du 20 février, rien n'est réglé. Les Grecs n'ont toujours pas obtenu le déblocage de la dernière tranche d'aide – 7,2 milliards d'euros – dans le cadre du deuxième méga-prêt qui avait été consenti au pays, pour éviter la banqueroute.
Aucun sommet « de la dernière chance » n'est prévu cette semaine à Bruxelles. Il faudra patienter jusqu'à l'Eurogroupe du 11 mai, à la veille d'une échéance financière majeure pour la Grèce (Athènes doit rembourser, le 12 mai, 763 millions d'euros au FMI), pour une énième poussée d'adrénaline. Mais les jours qui viennent seront décisifs, assurent plusieurs sources bruxelloises. Ils devraient permettre, pour les créanciers du « groupe de Bruxelles » (ex-Troïka), d'y voir plus clair sur les intentions d'Athènes.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

À travers l’Afghanistan, sous les talibans — Reportage
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Climat — Reportage
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Livres — Entretien
Comment les inédits de Louis-Ferdinand Céline ont été « préservés »
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Politique — Parti pris
« Extrême gauche » à l’Assemblée : la Macronie au royaume de l’absurde
En renvoyant systématiquement la Nupes à « l’extrême gauche », la Macronie continue de banaliser l’extrême droite qui, présente en force à l’Assemblée nationale, se félicite d’avoir autant de ventriloques.
par Mathieu Dejean