Les identités déchirées de la Macédoine

Le 17 juin dernier, les premiers ministres d’Athènes et de Skopje, Alexis Tsipras et Zoran Zaev, signaient un accord historique pour solder le différend qui oppose les deux pays sur la « question du nom » de la Macédoine. Depuis un siècle, cette région est au cœur de tous les déchirements des Balkans, et les souvenirs des violences du passé sont parfois difficiles à oublier. Dernier épisode de notre série sur « les frontières de sang de la nouvelle Europe ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Kruševo et Skopje (Macédoine), Goumenissa (Grèce), Sandanski (Bulgarie), envoyés spéciaux.-  Les terrasses des cafés de la petite ville de Kruševo, en Macédoine, s’accrochent aux rues tortueuses qui serpentent sur les flancs du mont Baba. Elles ne se remplissent que l’été, quand reviennent au pays les émigrés partis chercher fortune à Skopje ou à l’étranger.