Pétrole: l’OPEP dans la confusion

Par

Le marché pétrolier croule sous les excès d'offre. Les prix ont plongé de plus de 60 % en un an. Mais l’OPEP a décidé de ne pas réduire sa production, sous la pression de Riyad, au risque de faire plonger encore plus les cours et de déséquilibrer les économies pétrolières.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Arabie saoudite reste le maître du marché pétrolier. Elle vient de le rappeler lors de la réunion des membres de l’OPEP, ce vendredi 4 décembre à Vienne (Autriche). Sous sa pression, le cartel pétrolier a renoncé à imposer la moindre limitation de production. Même le nouveau plafond de production pétrolière à 31,5 millions de barils par jour, ce qui correspond à son niveau actuel de production, annoncé en début de réunion, a semblé trop contraignant. « Nous ne pouvons pas arrêter un chiffre maintenant. L'Iran va revenir. Donc nous avons décidé de reporter toute décision jusqu'à la prochaine réunion de l'OPEP [en juin – ndlr], quand la situation sera plus claire », a expliqué le secrétaire général de l'OPEP, Abdalla el-Badri, à l'issue de la réunion.