Les indépendantistes catalans misent sur le procès d’Artur Mas pour remobiliser leurs troupes

L’issue du procès de l’« expresident » de la Catalogne pourrait encore accélérer la tenue d’un nouveau référendum sur l’indépendance, que le gouvernement catalan s’est engagé à organiser d’ici à la fin septembre. L’« opération dialogue » de Mariano Rajoy a fait long feu.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

À pied, il faut environ un quart d’heure pour aller de la Generalitat, le siège de l’exécutif catalan à Barcelone, aux bâtiments du palais de justice de Catalogne. Mais les trois accusés, parmi lesquels l’« expresident » Artur Mas (président de la Catalogne de 2010 à 2016), ont fait durer le plaisir, lundi matin, pour se rendre à leur procès. Des milliers de citoyens (entre 16 000 et 40 000 personnes, selon les sources) les accompagnaient en signe de soutien : « Vous n’êtes pas seuls », scandaient certains, tandis que l’on lisait sur des pancartes : « La démocratie n’est pas un crime ».
La procession a multiplié pendant plus d’une heure les détours dans les rues de la ville, pour se recueillir devant quelques lieux de mémoire du combat indépendantiste (dont le centre culturel de El Born). Parfois, le défilé s’est arrêté pour entonner L’Estaca, classique de l’antifranquisme, ou encore un autre hymne catalan, Els Segadors (« Les Faucheurs », référence à un soulèvement populaire du XVIIe siècle). En tout début de matinée, l’actuel président de la Catalogne, Carles Puigdemont, avait déjà exprimé son « indignation » face à ce qu’il considère comme un « procès politique » et avait résumé : « Nous sommes beaucoup à nous sentir accusés. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Afrique(s) — Enquête
En Centrafrique, le groupe Wagner étend son emprise sur le secteur du diamant
Des individus liés à la société militaire privée russe ont créé un bureau d’export de diamants en 2019. Officiellement, son volume d’activité est très modeste. Officieusement, plusieurs acteurs du secteur décrivent un système de prédation qui s’étend.
par Justine Brabant et European Investigative Collaborations (EIC)
France — Enquête
Dans l’ombre de la ministre Pannier-Runacher, son encombrant compagnon
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Libertés publiques — Enquête
Après la Grèce, Intellexa installe son logiciel espion en Afrique
Le matériel d’Intellexa fait scandale à Athènes, où il aurait visé les téléphones de personnalités, au bénéfice du gouvernement. Mais la société aurait aussi fourni du matériel à une milice soudanaise, révèle une enquête de Lighthouse Reports, « Haaretz » et Inside Story.
par Crofton Black et Tomas Statius (Lighthouse Reports)
Terrorisme — Enquête
Attentats de Bruxelles : et la cellule terroriste du 13-Novembre frappa une deuxième fois
Mediapart retrace l’histoire de la première cellule djihadiste à avoir réussi à commettre plusieurs attaques en Europe. Des attentats du 13-Novembre à ceux du 22-Mars ou comment les assassins ont échappé aux polices françaises et belges à leurs trousses. 
par Matthieu Suc