L’ancien président du sénat belge mis en examen dans le Kazakhgate

Par et THIERRY DENOËL (LE VIF), ALAIN LALLEMAND (LE SOIR) ET MARK EECKHAUT (DE STANDAARD)

Le ministre d’État et ancien président du sénat belge Armand De Decker vient d’être mis en examen pour trafic d’influence par le parquet général de Mons dans le volet belge du Kazakhgate, cette affaire de corruption sur fond de ventes d’hélicoptères par l’Élysée sous Nicolas Sarkozy.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après la justice française, les magistrats belges accélèrent dans l’affaire du Kazakhgate. Selon des informations de Mediapart et de ses partenaires belges Le Vif, Le Soir et De Standaard, l’ancien président du sénat et ministre d’État belge Armand De Decker a été mis en examen ce vendredi pour « trafic d’influence » par le procureur général de Mons, dans le cadre du volet belge du Kazaghgate, cette tentaculaire affaire franco-belge de corruption, sur fond de ventes d’hélicoptères Airbus au Kazakhstan par l’Élysée entre 2009 et 2011, sous la présidence de Nicolas Sarkozy.