Au Liban, le secteur bancaire conspué par la rue

Par Justine Babin et Nada Maucourant Atallah

Longtemps symbole de la résilience du modèle économique libanais, les banques sont aujourd’hui la cible privilégiée du mouvement de contestation populaire né en octobre qui, face à la rapide dégradation de la situation économique, trouve un second souffle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Beyrouth (Liban), de nos correspondantes.– « Les gens n’arrivent plus à acheter de quoi se nourrir », déclarait un manifestant lors d’une marche organisée dimanche à Tripoli, en hommage à un jeune contestataire tué par un tir de l’armée quelques jours plus tôt.