L'étrange stratégie de John Harrison, l'homme-clé de la défense d'Airbus

Alors que les pouvoirs publics découvrent avec retard la gigantesque affaire de corruption qui menace Airbus, de nombreuses questions se posent sur le rôle et les méthodes de John Harrison, directeur juridique du groupe aéronautique dans le dossier. D’autant qu'il a un précédent : il était directeur juridique chez Technip, ébranlé lui aussi par les affaires et passé sous contrôle américain depuis six mois.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Les dirigeants d’Airbus sont comme tétanisés. Pendant des mois, ils étaient parvenus à minimiser l’affaire de corruption qui menace tout le groupe (voir notre enquête). Et ils pensaient bien qu’ils allaient pouvoir continuer à gérer ce dossier à l’abri des regards. Ils comprennent qu’ils ne le pourront plus : l’enquête judiciaire pour corruption menée conjointement par le Serious Fraud Office (SFO) et le Parquet national financier (PNF) est devenue publique. Elle est désormais un sujet de préoccupation majeure au sein des pouvoirs publics.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal