Europe Reportage

En Espagne, Iñigo Errejón prend le risque de diviser un peu plus le «bloc progressiste»

L’ancien numéro deux de Podemos et théoricien du populisme a mis sur pied, dans la précipitation, un nouveau parti qui promet, à l’issue des législatives dimanche 10 novembre, de « débloquer » la situation. Alors que la question catalane écrase les débats, lui vante un « Green New Deal ».

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Madrid (Espagne), de notre envoyé spécial.– L’incapacité des gauches à s’entendre pour former un exécutif oblige l’Espagne à organiser, dimanche 10 novembre, son quatrième scrutin législatif en quatre ans. Mais rien ne dit que ces nouvelles élections modifieront les rapports de force sortis des urnes en avril, sur fond de domination des socialistes du PSOE.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal