Frontière irlandaise: «Le coût humain n’avait pas été anticipé»

Par

La frontière irlandaise se place au cœur des négociations sur le Brexit. Mais pourquoi pose-t-elle tant de problèmes ? Pour comprendre, deux géographes irlandais – Joe Robinson, de la Maynooth University, et Kieran Rankin, du Trinity College à Dublin – reviennent sur son histoire et ses particularités.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’île irlandaise est partagée entre une République indépendante qui occupe les quatre cinquièmes du territoire au sud, membre à part entière de l’UE, et l’Irlande du Nord, une des quatre « nations » composant le Royaume-Uni (avec l’Écosse, le pays de Galles et l’Angleterre). Avec le Brexit, l’Irlande du Nord est destinée à sortir de l’UE, mais pas la République d’Irlande (appelée aussi Eire). La question de la frontière ressurgit, avec son lot de traumatismes historiques. Deux géographes irlandais, Joe Robinson, de la Maynooth University, et Kieran Rankin, du Trinity College à Dublin, reviennent pour Mediapart sur l’histoire de cette démarcation.