Primaires US: double victoire pour Trump, Clinton se contente du Mississippi

Le républicain Donald Trump a remporté mardi 8 mars les primaires du Michigan et du Mississippi, ce qui le place en position de force avant les scrutins décisifs du 15 mars. Côté démocrate, si Hillary Clinton s'est imposée dans le Mississippi, elle s'est en revanche inclinée de peu dans le Michigan face à son adversaire Bernie Sanders.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Le républicain Donald Trump a remporté mardi les primaires du Michigan et du Mississippi, malgré le tir de barrage des élites du parti qui dure depuis une semaine. Sa victoire dans le Michigan, « gros lot » du jour, le place en position de force pour les scrutins potentiellement décisifs du 15 mars dans l'Ohio, la Floride, l'Illinois, le Missouri et la Caroline du Nord.

Dans les deux premiers, le vainqueur empochera les voix de tous les délégués, ce qui pourrait mettre fin aux espoirs de ses trois adversaires.

Une semaine après sa solide prestation lors du « Super Tuesday », Trump espère dans un premier temps distancer son plus proche rival, le sénateur du Texas Ted Cruz, vainqueur de deux des quatre primaires du week-end dernier, qui se présente comme le candidat légitime du parti républicain. Outre le Michigan et le Mississippi, qui enverront respectivement 59 et 40 délégués à la convention de Cleveland, cet été, les quatre prétendants à l'investiture républicaine s'affrontent mardi dans l'Idaho (32) et à Hawaï (19).

Avant les scrutins du jour, Trump pouvait compter sur 384 délégués. Il en faut 1 237 pour être investi. Cruz était en deuxième position, avec 300 délégués. Marco Rubio, sénateur de Floride, est décroché avec 151 et John Kasich ferme la marche avec 37 seulement. À l'inverse de ses rivaux, le gouverneur de l'Ohio n'a toujours pas remporté la moindre victoire.

Côté démocrate, Hillary Clinton s'est imposée mardi dans le Mississippi (41 délégués), où 90 % des électeurs noirs ont voté pour elle, selon les sondages réalisés à la sortie des urnes. Elle est en revanche au coude-à-coude avec Bernie Sanders dans le Michigan, où 148 délégués sont en jeu. Les deux rivaux ont débattu dimanche soir à Flint, ville du Michigan symbole de la désindustrialisation depuis la fermeture brutale des usines General Motors au cours d'une première vague de délocalisation, dans les années 1980. Elle est aussi au cœur d'un scandale de contamination de l'eau au plomb qui a éclaté au grand jour ces derniers mois.

Sanders s'en est vivement pris à son adversaire, lui reprochant d'avoir approuvé la restructuration de General Motors qui a entraîné des milliers de suppressions d'emploi. « Si tout le monde avait voté comme lui, je pense que le secteur automobile aurait disparu et quatre millions d'emplois avec lui », a rétorqué Clinton.

Au décompte des voix acquises avant ce mardi, l'ex-sénatrice de New York comptait près de 200 délégués d'avance sur le sénateur « socialiste » du Vermont (672 contre 477). Elle peut aussi s'appuyer sur le soutien d'une majorité de « super délégués », non élus par ce dispositif de primaires. La convention démocrate réunira 4 764 délégués à Philadelphie et il en faudra au moins 2 383 pour briguer la succession de Barack Obama lors du scrutin du 8 novembre.

(Reuters)

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous