Syrie: les véritables objectifs du raid israélien contre Masyaf

Par

En frappant jeudi dernier une usine de production de missiles sol-sol en territoire syrien – et non un centre de production d’armes chimiques –, Israël a délivré un avertissement militaire à Damas et au Hezbollah, mais aussi un message à Moscou et Washington : il n’y aura pas de retour à la paix en Syrie si les intérêts de sécurité israéliens ne sont pas pris en compte.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le site militaire syrien attaqué jeudi, avant l’aube, par l’aviation israélienne, et « gravement endommagé » selon Damas, n’abritait pas un centre de production d’armes chimiques, comme l’ont indiqué la plupart des médias, mais une usine de fabrication d’obus et de missiles sol-sol de haute précision. C’est ce qu’ont révélé à Mediapart plusieurs scientifiques ou ingénieurs syriens actuellement en exil, qui ont exercé des responsabilités ou appartenu au personnel du Centre d’études et de recherches scientifiques (CERS), complexe scientifico-militaire auquel était rattachée l’usine attaquée de Masyaf, à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Homs (lire ici et ici nos enquêtes sur le CERS publiées en juin).