A Taïwan, la présidente qui dit non à la Chine remporte haut la main un second mandat

Par

En novembre à Hong Kong, l’opposition démocrate raflait la majorité des sièges dans un scrutin local. Samedi à Taïwan, la présidente Tsai Ing-wen, opposée à toute forme d’unification avec la Chine, a été réélue. Dans ces deux territoires dont l’histoire a été marquée par le colonialisme, une majorité des habitants perçoivent l’ethno-nationalisme de Pékin comme une menace.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Taipei (Taïwan), de notre envoyé spécial.– Ce sont des marques visibles dans la ville de Taipei, capitale d’un pays qui a massivement voté samedi 11 janvier en faveur de la présidente sortante Tsai Ing-wen – elle a obtenu plus de huit millions de voix, un record historique, soit près de 60 % des suffrages –, partisane d’une ligne dure face à la Chine et opposée à toute forme d’unification. Elles sont liées à la crise politique qui agite Hong Kong depuis près de huit mois, à une heure et demie d’avion de la capitale taïwanaise.