Usul. De Hitler à Trump, le logiciel de l’extrême droite décrypté

Qu’y a-t-il de commun entre la rhétorique du président américain et la vision du monde du Führer allemand ? Si l’un et l’autre ont pris et exercé le pouvoir, n’était-ce pas précisément parce que leurs voisins et adversaires n’avaient pas pris au sérieux ce que racontaient ces personnages grotesques ?

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© Mediapart

Usul et Rémi Liechti

11 janvier 2021 à 12h55

PDF

C’est bien connu, il ne faut pas abuser des comparaisons avec le nazisme. La machine de guerre et de mort mise en branle par l’État allemand pendant la Seconde Guerre mondiale dépasse de loin, en horreur, tout ce que le président Trump a pu engager comme réformes depuis qu’il a pris le pouvoir dans la première puissance du monde, il y a quatre ans.

C’est pourtant du nazisme que se réclament un certain nombre de partisans du futur ex-président américain, notamment ceux qui ont marché sur le Capitole, le 6 janvier, pour jouer aux putschistes. Le commentariat semble vouloir ignorer ce fait et les conclusions qu’on pourrait en tirer.

Qu’y a-t-il de commun entre la rhétorique de Donald Trump et la vision du monde portée par Adolf Hitler, qui, lui aussi, s’était essayé au putsch en 1923, à Munich ? Si l’un et l’autre ont pris et exercé le pouvoir, n’était-ce pas précisément parce que leurs voisins et adversaires n’avaient pas pris au sérieux ce que racontaient ces personnages grotesques ?

> Suivez « Ouvrez les guillemets » sur Twitter, Facebook et YouTube.


Ouvrez les guillemets

Ouvrez les guillemets
par Usul et Rémi Liechti
Ouvrez les guillemets
par Usul et Rémi Liechti
Ouvrez les guillemets
par Usul et Rémi Liechti
Ouvrez les guillemets
par Usul et Rémi Liechti

À la Une de Mediapart

Amériques
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ». Premier volet de notre série sur la guerre des espionnes.
par Patricia Neves
Corruption — Enquête
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Écologie — Entretien
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Santé — Enquête
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne