Usul. De Hitler à Trump, le logiciel de l’extrême droite décrypté

Par Usul et Rémi Liechti

Qu’y a-t-il de commun entre la rhétorique du président américain et la vision du monde du Führer allemand ? Si l’un et l’autre ont pris et exercé le pouvoir, n’était-ce pas précisément parce que leurs voisins et adversaires n’avaient pas pris au sérieux ce que racontaient ces personnages grotesques ?

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

© Mediapart

C’est bien connu, il ne faut pas abuser des comparaisons avec le nazisme. La machine de guerre et de mort mise en branle par l’État allemand pendant la Seconde Guerre mondiale dépasse de loin, en horreur, tout ce que le président Trump a pu engager comme réformes depuis qu’il a pris le pouvoir dans la première puissance du monde, il y a quatre ans.

C’est pourtant du nazisme que se réclament un certain nombre de partisans du futur ex-président américain, notamment ceux qui ont marché sur le Capitole, le 6 janvier, pour jouer aux putschistes. Le commentariat semble vouloir ignorer ce fait et les conclusions qu’on pourrait en tirer.

Qu’y a-t-il de commun entre la rhétorique de Donald Trump et la vision du monde portée par Adolf Hitler, qui, lui aussi, s’était essayé au putsch en 1923, à Munich ? Si l’un et l’autre ont pris et exercé le pouvoir, n’était-ce pas précisément parce que leurs voisins et adversaires n’avaient pas pris au sérieux ce que racontaient ces personnages grotesques ?

> Suivez « Ouvrez les guillemets » sur Twitter, Facebook et YouTube.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous