L’activiste Max Schrems: les applications anti-Covid ne fonctionneront «que si les gens ont vraiment confiance»

Par Vianey Lorin

Interviewé par Mediapart, Max Schrems, cet activiste qui avait mené la bataille pour la protection des données contre Facebook en 2015, relativise les risques posés par les applications anti-Covid à partir de l’expérience autrichienne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vienne (Autriche), de notre correspondant.– Alors que les applications de « suivi de contacts » sont encore au stade de projet dans de nombreux pays européens, y compris en France, l’Autriche a lancé la sienne le 25 mars. Baptisée « Stop Corona », elle est gérée par la Croix-Rouge et développée par l’entreprise Accenture.