«A Jérusalem, les jeunes Palestiniens ont brisé la barrière de la peur»

Inès Abdel Razek est directrice du plaidoyer pour le Palestine Institute for Public Diplomacy, une organisation non gouvernementale palestinienne de plaidoyer et diplomatie citoyenne. Depuis Jérusalem, elle explique les raisons de la colère actuelle et l’absence d’horizon pour la jeunesse.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La crise actuelle est partie de lieux précis de Jérusalem, la Porte de Damas (à ce sujet, lire sur le site OrientXXI le témoignage de l’écrivain et militant palestinien Mahmoud Muna), l’esplanade des Mosquées et le quartier de  Sheikh Jarrah. Des lieux où s’exerce le système de répression coloniale israélien, souligne Inès Abdel Razek, directrice du plaidoyer pour le Palestine Institute for Public Diplomacy, une organisation non gouvernementale palestinienne de plaidoyer et diplomatie citoyenne. Entretien.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal