«A Jérusalem, les jeunes Palestiniens ont brisé la barrière de la peur»

Par

Inès Abdel Razek est directrice du plaidoyer pour le Palestine Institute for Public Diplomacy, une organisation non gouvernementale palestinienne de plaidoyer et diplomatie citoyenne. Depuis Jérusalem, elle explique les raisons de la colère actuelle et l’absence d’horizon pour la jeunesse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La crise actuelle est partie de lieux précis de Jérusalem, la Porte de Damas (à ce sujet, lire sur le site OrientXXI le témoignage de l’écrivain et militant palestinien Mahmoud Muna), l’esplanade des Mosquées et le quartier de  Sheikh Jarrah. Des lieux où s’exerce le système de répression coloniale israélien, souligne Inès Abdel Razek, directrice du plaidoyer pour le Palestine Institute for Public Diplomacy, une organisation non gouvernementale palestinienne de plaidoyer et diplomatie citoyenne. Entretien.