En Irak, le corps des femmes est un champ de bataille

Par

En Irak,  les guerres et l’extrémisme religieux ont entraîné des violences et des régressions considérables en matière de droits des femmes. Mais ces dernières luttent et résistent. Elles s’appellent Amal, Sahira, Farah, Hana, Raya, sont musulmanes, yézidies, chrétiennes ou non croyantes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bagdad (Irak).– Dans la vie rêvée, Amal Ibrahim tombe son voile. Elle roule à vélo dans Bagdad, cheveux au vent. Sa mère applaudit, ne craint ni le qu’en-dira-t-on, ni les milices, ni les terroristes. Le divorce est enfin prononcé, son ex-mari condamné à payer une pension alimentaire. Dans la vie réelle, elle est coincée. Par les tabous rétrogrades, les lois conservatrices, les haines meurtrières.