Le Liban dans l’incertitude après la démission du gouvernement

Par Justine Babin et Nada Maucourant Atallah

Lundi soir, le premier ministre Hassan Diab annonce la démission de son gouvernement, lâché par les partis qui l’avaient initialement soutenu. Mais qui pour le remplacer ? Certainement pas la vieille recette de « l’union nationale » suggérée par Macron.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Beyrouth (Liban). – Le gouvernement libanais n’aura pas résisté aux conséquences du drame qui a dévasté mardi la capitale, Beyrouth. Le premier ministre Hassan Diab a annoncé la démission de son gouvernement lundi soir, six jours après la gigantesque double explosion survenue au port. « Ce désastre est le fruit de la corruption endémique au sein de l’État, ce système est profondément enraciné, et je me suis rendu compte qu’il est plus grand que l’État, qui, les mains liées, n’a pas su le combattre ou s’en débarrasser », a-t-il notamment déclaré lors d’une allocation retransmise en direct à la télévision.