François Hollande chez Fidel Castro, un non-sens politique

Par et

François Hollande l’avait souhaité : il a fini par rencontrer Fidel Castro lors du premier voyage à Cuba d’un président français. Mais pour dire quoi ? Sa visite à La Havane n’a ni vocation à rendre hommage à la révolution cubaine, ni à y défendre les droits de l’homme. La confusion du message s'est doublée d'un tour de passe-passe sur le changement climatique. De tout cela, il ne reste qu'une photo pour une histoire floue.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il a eu sa photo. François Hollande souhaitait rencontrer Fidel Castro à l’occasion du premier voyage à Cuba d’un président français. Mais l’entrevue était incertaine en raison de l’état de santé du vieil homme. Comme toujours à La Havane, elle a été annoncée à la dernière minute. Lundi après-midi, François Hollande s’est donc rendu à la résidence privée de Fidel Castro pour un entretien d’une heure. Il était accompagné de son conseiller diplomatique et de Jean-Pierre Bel, l’ancien président du Sénat, qui entretient des liens nourris avec les autorités cubaines.