Disparition du journaliste Khashoggi: pourquoi la diplomatie occidentale se tait

Par

Le meurtre probable d’un journaliste par l’Arabie saoudite dans l’enceinte de son consulat d’Istanbul devrait susciter l’opprobre international sur le royaume et son prince héritier Mohammed ben Salmane. À la place, c'est le silence radio des chancelleries occidentales.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour un État qui veut signer un crime, il est difficile de faire plus transparent que d’assassiner la victime dans son propre consulat. L’Arabie saoudite a beau continuer de nier avoir fait disparaître le journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans sa représentation diplomatique à Istanbul, tous les indices rassemblés jusqu’ici désignent le royaume comme responsable.