En Algérie, une fin de campagne délétère

Par

Entre l’absence de Bouteflika et la capacité limitée des partisans du boycott à mobiliser, la campagne algérienne pour l’élection présidentielle s’achève ce dimanche dans un climat tendu, sur fond de promesses démagogiques et de menaces des autorités.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

 De notre envoyé spécial en Algérie