Les Etats-Unis s’érigent en arbitre du monde pétrolier

Par

Trump présente l’accord obtenu avec l’Arabie saoudite et la Russie pour tenter de mettre fin au chaos sur le marché pétrolier comme un succès de sa diplomatie. L’implication forte des États-Unis traduit surtout leur changement de statut. Comme tous les pays producteurs, ils ont besoin d’un pétrole cher.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lorsque Donald Trump a annoncé le 2 avril, dans un de ses tweets dont il a le secret, que les pays producteurs de pétrole se préparaient à réduire leur production de dix, voire de quinze millions de barils par jour, beaucoup ont douté. Comment l’ensemble des pays producteurs, membres ou non de l’Opep, qui ne se sont jamais entendus – et se livrent même ces dernières semaines une guerre intense de prix et de parts de marché –, pourraient-ils accepter un tel accord ?